26°
23°
Via Rhona à vélo © Hocquel

Vacances slow sur le flow de la Via Rhona

De Montélimar à Avignon

Dans ma vie, j’ai beaucoup bourlingué : Gabon, USA, Thaïlande, Inde, Corée, … Après plusieurs forums de voyages à vélo et une conscience écolo grandissante, j’ai décidé de voyager autrement cette année et de tenter l’expérience avec mon homme.

Départ du pas de ma porte vendredi à 9h pour 3 jours de vélo en duo, sur l’étape Montélimar-Avignon de la Via Rhona.

facile

intermédiaire

difficile

Durée :

3 jours

Distance :

97 km

Type de pratique:

cyclotourisme

Type d’itinéraire:

aller / retour

Parking :

gratuit

Jour 1 : de Montélimar à Lapalud

On prend le TER avec nos vélos, nos sacoches bien harnachées jusqu’à Montélimar gare. 3h plus tard et un déjeuner aux saveurs de vacances, on rejoint l’itinéraire jusqu’à Viviers puis Bourg Saint-Andéol. Surprise ! Voici des étendues de champs de lavande odorants bercés par le chant des cigales. Ça sent la Provence ! Vers 16h nous voilà à la ferme terre Bio Provence à Lapalud où passer la nuit. Evelyne et Richard, nos chaleureux hôtes agriculteurs aguerris à l’itinérance douce sont experts de la Via Rhona. On installe notre bivouac gratis dans leur jardin. Moyennant 5 €, nous avons la piscine ! Farniente bien mérité 😊 après cette 1ère échappée à vélo. Retour aux sources et plaisir simple en savourant la quiétude des lieux après 35 km parcourus. Je finis la journée avec un bon bouquin, entre la piscine et le hamac, les poules et les moutons.
Ce soir, nous partageons un repas convivial avec 3 trentenaires nantais qui vont en Espagne à vélo et 2 couples de retraités allemands qui visent la mer par la Via Rhona. On partage les péripéties et bons plans du parcours. Quelles tranches de rigolade à l’évocation des inconforts de la selle sur notre postérieur ! Je retrouve le plaisir du voyage ici maintenant. Rien n’est défini à l’avance, les rencontres fortuites construisent des souvenirs mémorables. Ce qui compte c’est d’être ensemble.

Signalétique de la via Rhona

En bref

Dépaysement assuré après cette 1ère journée ! Une coupure nette s’est opérée avec le grand air, la ritournelle du pédalier. Nous sommes détendus et vidés !

Via Rhona - étape 17

Jour 2 matin: de Lapalud à Mornas – forteresse et CNR

10h: départ pour 36 km de route vers Orange, à 7 km de Caderousse

Petit déj copieux et on reprend l’itinéraire via les champs de tournesols où les ouvriers agricoles nous saluent après le Canal de Donzère.
En ligne de mire, la forteresse de Mornas majestueuse sur son éperon rocheux à 137 m. Imprenable ? On décide de la visiter et confions nos sacoches aux consignes de l’office de tourisme. La côte est rude… La visite dévoile les fonctions de la forteresse au fil des siècles, son lien au Rhône qui, alors au pied de la falaise, représentait une frontière et un axe de circulation à surveiller. Certaines parties fortifiées offrent des points de vue époustouflants sur toute la Vallée. C’est LE spot pour pique-niquer! Après la pause, les rives du Rhône en voie verte nous tendent les bras.

Ça vaut le détour

A 10 km de Lapalud, la centrale hydroélectrique de la Cie Nationale du Rhône se visite (sur réservation) pour découvrir l’importance du fleuve dans la vallée et qui fournit de l’énergie.

Coup de cœur: Le bureau de tourisme à Mornas est équipé de consignes pour bagages et points de recharge Bosch VAE.

Forteresse de Mornas et via Rhona

Jour 2 après-midi : de Mornas à Orange – baignade et visites culturelles

Théâtre antique d'Orange

A savoir

Un parcours de visite permet de découvrir l’histoire et le patrimoine bâti de Caderousse, notamment son rôle lors de la libération de 1944.

Au parc de loisirs Wam Park

Des panneaux photovoltaïques indiquent qu’on approche des plans d’eau. On quitte la voie verte et un second étang apparaît, aménagé du Wam Park (structures gonflables, surf en tyrolienne). Pause baignade obligée, changement de maillot ! On longe ensuite le Rhône jusqu’à Caderousse, une halte toute indiquée.
Joli beffroi, imposante digue contre les crues du fleuve, l’endroit est calme et plein de charme. Dans les ruelles, je découvre l’église Saint-Michel, sa place, son clocher et ses belles arcades. Authentique !
A Orange, c’est l’Arc de triomphe, le Théâtre antique et son mur monumental face auquel on est tout petit. Sur la colline Saint-Eutrope qui surplombe la ville, les toits de brique et le théâtre se teintent d’orangé le soir venu. Le nom de la cité prend tout son sens et je découvre son histoire liée aux Princes Nassau d’Orange.

Jour 3 matin: d’Orange à Châteauneuf-du-Pape – Plein les yeux !

10h. Nous voilà partis pour la dernière étape jusqu’à Avignon, notre destination ! 36 km et une étape gustative 😉

De nombreuses pistes cyclables sur trottoir rendent la sortie d’Orange plutôt facile. Après 10 km, on retrouve l’itinéraire, la route grimpe. Difficile avec les sacoches ! Le voyage à vélo, ça se mérite. Du coup, j’opte pour la montée en mode escargot. Poses régulières. Le paysage change, la vigne est partout et la route se ponctue de « châteaux » et de domaines viticoles. Du haut de la colline, le panorama se dégage, la route sinueuse ouvre la voie vers une mer de vignes et de galets, avec en contrebas, la vallée du Rhône et le fleuve. La vue est « waouh » !

Une belle descente annonce l’arrivée sur Châteauneuf-du-Pape. Le dédale des ruelles pavées invite à la promenade. On monte voir les vestiges du Château. Même si la côte est rude, c’est splendide : le Ventoux, les Dentelles, tout le vignoble des Côtes du Rhône et la Vallée, Avignon là-bas, que nous devinons à l’horizon. En redescendant, on stoppe à Vinadéa qui propose la dégustation des vins de l’appellation. Alors on en profite, c’est vrai qu’ils ont du caractère ces vins rouges tanniques ! La pause valait la peine. Retour vers l’itinéraire provisoire en contrebas du village, sur une petite route viticole bordée de coquelicots, où nous croisons les les vignerons affairés sur leurs tracteurs. Vie et authenticité ! En prenant du recul, la vue sur le village est toute aussi splendide.

Châteauneuf-du-Pape

Jour 3 après-midi : de Châteauneuf-du-Pape à Avignon

On quitte la vigne pour retrouver l’ombre et la fraîcheur d’un bras du Rhône, et l’on passe devant la Passerelle des arméniers, un superbe pont suspendu. Pause pique-nique obligée sur l’île de l’Oiselay.
On reprend la route vers Sorgues, toujours sur l’itinéraire provisoire. Après, c’est en zone d’activités sur 5 km. La plus grande vigilance est requise. Les efforts de sécurisation sont là, mais heureusement qu’il s’agit d’un itinéraire provisoire. Je décommande cette partie du parcours aux familles avec enfants, qui privilégieront le train à prendre à Sorgues.
Arrivés au Pontet, le GPS est indispensable. Passé le centre-ville, on retrouve une voie verte le long du canal et un très joli parc boisé. Après 7 km, on arrive sur les remparts d’Avignon bordés d’une belle piste cyclable. On y est ! On l’a fait !
Quelle récompense que d’atteindre sa destination à la force du mollet, avec la volonté d’y arriver ! Trop fière de moi.
Pour cette dernière nuit, nous avons un logement sur La Barthelasse, la plus grosse île fluviale d’Europe. Un passage devant le Palais des Papes, et nous voici sur l’île. Le coucher du soleil rougeoyant sur le Pont d’Avignon, la Ville, les méandres du Rhône et le Ventoux me restera gravé en mémoire.

Pont d'Avignon

Bonnes adresses pour le dîner

La Guinguette ou la péniche Vinotage.

Palais des Papes à Avignon

Notre conseil

pour votre périple sur la Via Rhona

Préférez parcourir la Via Rhona vers le sud ! Le Mistral est votre allié dans ce sens. Avant votre départ, pensez à regarder le vent. A l’automne et au printemps, quand le mistral est trop fort, le trajet plat peut devenir désagréable et la sensation de froid se faire sentir plus fortement.

En vidéo

Suivez Weelz sur la via Rhona